Recherche sur l'eau avec les enfants de l'école de Rossignol

 

Cet automne a vu les enfants de l'école primaire de Rossignol s'intéresser de très près à l'eau dans le village. 

 

La concertation

Rétroactes: fin de l'année dernière, les enseignants avaient rencontré Jacqueline Daloze, de l'asbl Histoire collective, pour réfléchir à un projet de recherche historique sur le village.

L'été portant conseil, une nouvelle rencontre eu lieu en tout début d'année entre direction, enseignants et Histoire collective.

C'est le thème de l'eau qui se  dégagea. 

 

L'enquête

Fin septembre, toute l'école primaire se mit en route pour une visite de tous les points d'eau dans le village: fontaine-lavoir, bacs-abreuvoirs, ruisseau traversant la route de Chiny, et bien sûr les étangs.

Consignes: poser toutes les questions qu'on souhaitait. Jacqueline enregistrait.

Grâce à l'aide de l'EPN (Espace public numérique), une copie audio des questions  fut transmise à l'école, à charge pour les classes des plus grands (3 à 6è primaires) de transcrire ces questions. 

Début octobre, les futurs enquêteurs étaient reçus dans les locaux du centre de la Communauté française pour une sensibilisation à la collecte de récits de vie. Pendant 2 heures de classe, chacun expérimenta tour à  tour la place de témoin,  d'enquêteur mais aussi d'observateur.  De l'avis général, une expérience qui a appris « beaucoup de choses » … tout en s'amusant!

Le lendemain, nouvelle rencontre à  l'école cette fois pour découvrir la grille d'enquête, avec laquelle les enfants devaient rencontrer des témoins susceptibles de répondre à  leurs questions.

Vu les grandes différences d'âge entre les enfants, chaque petit groupe comportait un plus jeune et un plus âgé. Plusieurs petits groupes s'intéressaient aux mêmes lieux. Mission de rencontrer au moins 3 personnes différentes par groupe, de leur poser toutes les questions, de noter toutes les réponses, y compris les « peut-être », « je ne sais pas ».

 

 

La diversité des réponses lors de la synthèse

Juste avant le congé de Toussaint, synthèse en classe:  après des tâtonnements, on procéda à une mise en commun par centres d'intérêt. Certaines informations recueillies dans un groupe, utiles à un autre, furent transmises lors de la mise en commun générale. La prise de notes de Madame Genin fut fort utile!

Tous découvrirent avec surprise et intérêt la diversité des réponses, en particulier pour la localisation des sources alimentant les points d'eau.

Question inquiétante pour plusieurs enfants: quelle est la bonne réponse dans toutes celles qu'on a reçues?

C'est alors que Jacqueline, habituée à rencontrer des réponses parfois contradictoires dans les enquêtes d'Histoire collective, expliqua  qu'une question pouvait avoir plusieurs réponses, parfois complémentaires. Parfois, bien sûr, un document permet d'affirmer une date plutôt qu'une autre, mais ce n'est pas toujours le cas, loin s'en faut, et le papier n'est pas forcément déterminant... Donc, ne pas rejeter tant qu'on n'a pas de certitude absolue!

 

La restitution

Fin décembre, Jacqueline projeta le montage qu'elle avait réalisé à partir des réponses, des documents  reçus par les enfants lors de leurs rencontres et de photos fournies par le CRIE (Centre de Recherche et d'Eveil à la Nature) d'Anlier, le PCDN (Plan communal de Développement Nature) de Tintigny, plus des photos réalisées lors d'une mission photographique d'Histoire collective. 

Cette projection réunissait cette fois tous les enfants qui  avaient posé des questions en septembre. L'histoire  n'est sans doute pas finie, beaucoup cherchant à en savoir plus... Une chose est certaine, l'appétit de découvrir et de savoir est loin d'être éteint!

 

Montage powerpoint réalisé (dans le montante : affichage : plein écran - page suivante : cliquez sur la page)